Couleurs de l'Inde

Désert d'Arizona

Thaïlande

Le Perito Moreno en Argentine

Thaïlande

Fillettes au Népal

Action

Les Whitsundays en Australie

Action

Pains de sucre à Yangshuo en Chine

Action

Chameliers dans le désert indien

Action

Paysage de Nouvelle-Zélande

Action

Les chutes d'Iguazu au Brésil

Action

Cérémonie du thé servi par les geishas au Japon

Action

Le Taj Mahal au coucher du soleil

Action

Trek au Népal

Action

Salar d'Uyuni en Bolivie

Action

Maisons de Chine

Action

Las Vegas

Action

Les Inédits du Népal – Where is the cash machine ?

Article écrit par Alex le 8 fév 2009 | Pas de commentaire

NépalLe même jour que le fameux envoi de la tente, depuis Chamé, nous nous sommes rendus compte qu’il allait falloir retirer de l’argent liquide rapidement et probablement sans attendre Pokhara, les prix de la nourriture connaissant une inflation à 3 chiffres. Seulement voilà, les 10 premiers jours du trek, nous passons dans des villages qui ne sont pas reliés par la route et qui n’ont même souvent pas l’électricité et le téléphone. Donc nous avons très très peu d’espoir de trouver un ATM au coin d’une rue. A Chamé, la banque ferme à 15h, ouverture le matin à 10h. Nous paniquons un peu et nous mettons en quête d’un hôtel qui serait prêt à nous offrir un service de « cash back ». Finalement, le principal épicier du village nous propose ce service mais il y a un hic ! Il prend une commission de 10% pour le service rendu. Nous souhaitons retirer 300-400 Euros et cette commission risque donc d’être colossale.
L’épicier, très prospère si l’on en croit son magasin, parle un anglais excellent, me fait un grand sourire, me donne du Monsieur par ci et Monsieur par là. Finalement, la mort dans l’âme, j’accepte son deal car nous avons absolument besoin de cash.

Les Inédits du Népal – La Poste en bêta-testing

Article écrit par Alex le 8 fév 2009 | Pas de commentaire

NépalAprès avoir testé notre nouvelle configuration avec le porteur entre Jagat et Dharapani, nous avons compris que les 18-19 kg que je porte sur le dos risquent de bien m’user dans la période d’acclimatation et sur le passage à 5416 mètres (col de Thorong La). Par ailleurs, une fois passées les toutes premières bourgades comme Ngadi, Kundi, etc., nous ne trouvons plus de camping du tout (en fait les campings sont ouverts surtout en été, en particulier en haute saison, pour compenser le manque relatif de chambres en lodge/hôtel).

La tente n’étant plus un item indispensable dans ce trek, nous décidons de l’envoyer à un hôtel de Pokhara où nous devons passer une fois le trek fini. Dès que nous arrivons à Chamé, nous nous rendons à la Poste, il est 15h55. Le bureau de poste est un peu en retrait de la route principale, c’est une vieille bâtisse obsolète pleine de poussière. Cinq agents de 60-65 ans s’apprêtent à fermer le bureau, l’ambiance est relax (horaires de la Poste au Népal = 10h-16h). Ils nous regardent nous agiter pour essayer de lire les panneaux descriptifs des tarifs par type de colis, poids, destination. Notre choix fait, je demande à ce qu’ils nous emballent la tente convenablement. Attention, je parle d’une tente de montagne North Face dernier cri, à presque 300 euros ! Les employés me font signe qu’il est 16h01 et qu’il faudra revenir demain, je leur demande de m’expliquer comment nous pouvons procéder pour aller vite et le faire le soir-même. Nous ne pouvons pas attendre le lendemain 10h, nous devons repartir vers 8h pour la suite du trek. L’employé me fait signe que non, ce n’est pas possible, il est trop tard. Déborah commence à pleurer, le responsable semble déstabilisé, il regarde gravement Déborah. Il ouvre le contenu du sac de la tente, vérifie ce qu’il contient et le process d’envoi démarre enfin… Ouf ! Près de 20 timbres plus loin, un sceau d’authentification à la cire plus loin, des bordereaux dans tous les sens enfin et nous y sommes, nous les remercions chaleureusement, il est 16h35 et ces 35 minutes ne passeront pas en RTT nous sommes au Népal ici !

Note : nous pouvons attester de la fiabilité de la poste népalaise puisque celle-ci a mis 6 business days pour nous délivrer la fameuse tente à Pokhara. Un modèle de professionnalisme !

Les Inédits du Népal – Les yeux du petit vieux

Article écrit par Alex le 8 fév 2009 | Pas de commentaire

NépalPeu après notre visite de Durban Square, nous avons pris une petite ruelle au nord-ouest de la fameuse place. Alors que nous ne nous sommes enfoncés que de quelques dizaines de mètres dans la ruelle, nous croisons un petit vieillard sans âge assis (position accroupi façon asiatique, les pieds à plat, les fesses à 5 cm du sol). Il nous sourit gentiment après que nous l’ayons salué du traditionnel « Namasté ». Déborah a flashé sur lui et veut absolument le prendre en photo. Elle lui demande la permission en anglais en faisant des gestes explicites. Lui répond en faisant un grand sourire et un geste de la main qui pourrait ressembler à un coucou amical mais que nous interprétons dans le contexte comme une demande d’argent (5 roupies). Déborah est un peu gênée mais me demande de lui donner les 5 rupies car elle veut le prendre en photo. Lorsque je lui tends le billet de 5 roupies, il me regarde sans comprendre. Son regard fait des va-et-vient interrogateurs entre mon visage et le billet. Déborah le prend en photo à ce moment là.

En fait, nous avons compris après quelques secondes qu’il ne demandait pas d’argent mais voulait juste être notre ami… Moralité : en tant que touriste, nous avons tellement l’habitude d’être farcis que les propositions honnêtes nous semblent du coup toujours les plus tordues ! Pauvres de nous :-)

Les Inédits du Népal – Sur le toit du bus

Article écrit par Alex le 8 fév 2009 | Pas de commentaire

NépalNotre premier trajet en bus de ce tour du monde fut entre Kathmandou et Besisahar, soit environ 150km en 6 heures. Vers la fin de ce trajet, nous avons croisé un autre bus plus touristique qui semblait en panne et on nous a tous demandé de changer de bus. Dans le nouveau bus qui nous a été alloué, on ne nous a proposé que le toit ! Après 10 secondes à se regarder, vaguement inquiets avec Débo, nous avons décidé de tenter le coup. Résultat une demi-heure plus tard, nous comprenons que nous allons devoir parcourir tout de même 40km sur le toit du bus !! La route étant pleine de dos d’âne, nids de poule, pierres…etc, le bus tangue sur ses suspensions approximatives. Déborah qui est assise sur un pneu au milieu du dos se crispe de plus en plus et s’aggripe à mes bras lorsque nous passons près d’un précipice! Elle pousse des cris, les autres jeunes Népalais rient en la voyant affolée… La vue depuis le toit du bus est époustouflante, nous avons la fraîcheur du vent, honnêtement, pour un trajet de moins de 1h30, je trouve cela franchement agréable par beau temps.