Couleurs de l'Inde

Désert d'Arizona

Thaïlande

Le Perito Moreno en Argentine

Thaïlande

Fillettes au Népal

Action

Les Whitsundays en Australie

Action

Pains de sucre à Yangshuo en Chine

Action

Chameliers dans le désert indien

Action

Paysage de Nouvelle-Zélande

Action

Les chutes d'Iguazu au Brésil

Action

Cérémonie du thé servi par les geishas au Japon

Action

Le Taj Mahal au coucher du soleil

Action

Trek au Népal

Action

Salar d'Uyuni en Bolivie

Action

Maisons de Chine

Action

Las Vegas

Action

Archives de la catégorie 'Vietnam' :

Fleurs en pagaille

Article écrit par Alex le 20 avr 2009 | Pas de commentaire

Papillons du Vietnam

Article écrit par Alex le 20 avr 2009 | Pas de commentaire

Ho Chi Minh City

Article écrit par Déborah le 18 avr 2009 | Pas de commentaire

VietnamOu encore Saïgon ou même HCM City pour les intimes. Une ville qui ressemble pas mal à Hanoi, en fait.

On a laissé filer les jours à Mui Ne (pour cause de kiteurf) pour finalement se rendre compte qu’on allait un peu manquer de temps pour tout faire sur cette fin de voyage au Vietnam. Vous allez me dire que c’est un peu gonflé de dire ça après les trois semaines et demie qu’on vient d’y passer ; mais la vérité, c’est que ce pays est en passe de détrôner l’Inde pour l’Oscar des plus mauvaises routes du monde. Les transports nous ont pris un temps démentiel, et j’éviterai d’en donner le détail ici parce qu’on m’accuserait d’exagérer les temps de trajets en bus (mais quand même, des bus qui font 220km en 6h30, c’est très fort !). Bref, pas de delta du Mékong au programme pour nous et une visite expresse de l’ancienne Saïgon.

Expresse mais pas bâclée : on a eu le temps de visiter l’ancien palais du Président du Sud Vietnam puis le musée de la guerre. Deux visites bien intéressantes, ma foi, qui relevaient largement le niveau de notre excursion à la DMZ qui souffrait d’un manque cruel de moyens et d’ambition pour mettre en valeur son histoire. Au contraire, le musée de la guerre à Ho Chi Minh City compte un nombre impressionnant de photos et de documents d’époque sur la guerre du Vietnam, dont la plupart nous étaient inconnus. La cause en est certainement la violence de ces images difficilement soutenables, qu’on ne peut insérer dans aucun livre d’école. Je ne peux même pas donner de détails sur ces images montrant les effets de l’Agent Orange ou des bombes au napalm, mais il est en tout cas choquant de se dire que ces massacres ont eu lieu il y a moins de quarante ans. A Ho Chi Minh City, d’ailleurs, on peut voir sans les chercher des dizaines de ces hommes et de ces femmes qui étaient des enfants à l’époque des faits et qui souffrent aujourd’hui d’atroces difformités.

Mais passons à des choses plus légères : pour mettre un peu de douceur dans ce monde de brutes, nous sommes allés voir un spectacle de marionnettes sur l’eau : une spécialité locale à ne rater sous aucun prétexte ! C’est sûr, on ne comprend rien de ce qu’ils racontent, mais ce sont avant tout 45 minutes de poésie et d’humour qui dépassent les barrières de la langue. Retour en enfance garanti, surtout pour les nostalgiques de Guignol (j’en suis).

Mui Ne

Article écrit par Déborah le 17 avr 2009 | Pas de commentaire

VietnamCa n’était pas forcément évident au premier abord, mais Mui Ne est le seul spot de kitesurf au Vietnam. Car qui dit kitesurf dit beaucoup de vent, évidemment ; et malgré ses 250 jours de vent par an, impossible de faire du kitesurf à notre arrivée avant-hier (enfin là, je parle pour Alex, parce qu’en ce qui me concerne je n’ai jamais eu l’intention d’en faire) tant les bourrasques étaient timides. Mais hier, le vent s’est levé. Et pour cause : en fin de journée, on a eu un des plus spectaculaires orages qu’il m’ait été donné de voir dans ma vie. Pas de doute, la saison des pluies a bien commencé ici.

Le temps restant malgré tout très beau en journée, les conditions étaient réunies hier pour qu’Alex se mette au kitesurf. Il a failli ne jamais essayer, parce que l’inflation est considérable depuis 2006, année de parution de notre vieux Lonely Planet. Mais tant pis ! Ca reste très abordable pour des occidentaux et bien moins cher qu’en Europe, et c’est surtout quelque chose qu’on n’a pas l’occasion de faire tous les jours.

C’est donc sans hésitation qu’il s’est décidé à faire un stage de 5 heures de kitesurf sur 3 jours. Allez, je ne serai pas trop dure avec lui, je sais que c’est très difficile. Mais bon, une chose est sûre : il ne deviendra sans doute pas le prochain champion de la discipline.