Couleurs de l'Inde

Désert d'Arizona

Thaïlande

Le Perito Moreno en Argentine

Thaïlande

Fillettes au Népal

Action

Les Whitsundays en Australie

Action

Pains de sucre à Yangshuo en Chine

Action

Chameliers dans le désert indien

Action

Paysage de Nouvelle-Zélande

Action

Les chutes d'Iguazu au Brésil

Action

Cérémonie du thé servi par les geishas au Japon

Action

Le Taj Mahal au coucher du soleil

Action

Trek au Népal

Action

Salar d'Uyuni en Bolivie

Action

Maisons de Chine

Action

Las Vegas

Action

Bénarès

Article écrit par Déborah le 10 fév 2009 | Pas de commentaire

IndeAutant la journée d’hier a été longue dans ces bus qui n’ont pas été conçus pour nos grandes tailles d’Européens, autant la nuit fut courte : après deux nouvelles heures de bus pour rejoindre Gorakhpur, Alex, ne sachant jamais s’arrêter, nous a fait monter dans le premier train de nuit pour Bénarès.

C’est donc à 5h ce matin que nous avons débarqué frais et dispo dans une forme toute relative à Bénarès, après une nuit agitée. Il faut préciser que les trains-couchettes indiens ressemblent à s’y méprendre aux nôtres, à ce détail près que tous (je dis bien tous) les éléments de confort dont nous les avons pourvu ont ici disparu : pas de compartiment (toutes les couchettes donnent sur le couloir, sans aucune cloison), pas de drap ni de couverture (tant pis pour les frileux), pas d’échelle (et bien sûr nous avions les couchettes du haut)…

Bref, à 5h du matin, disais-je, nous nous mettons en quête d’une guest house correcte, que nous trouvons heureusement sans trop de mal. Alex, non content d’avoir passé les 24 dernières heures à voyager, veut faire un tour dans la ville avant de se reposer. Nous commençons notre exploration, et ma première impression est sans appel : Bénarès est atrocement sale et la puanteur est omniprésente dans les ruelles étroites où se côtoient cadavres d’animaux en tous genres (chiens, singes, …) et détritus de toutes sortes. Nous profitons néanmoins de cette promenade matinale pour assister aux cérémonies de crémation des morts sur les rives du Gange ; c’est assez glauque, mais ça a le mérite d’être un véritable rite, pas un show pour touristes (la plupart n’osent pas s’approcher pour regarder, d’ailleurs).

Nous allons ensuite prendre un petit déjeuner, et c’est alors que je réalise que je n’aime décidément pas cette ville, mais qu’il valait vraiment le coup d’y passer avant de visiter le Rajasthan pour connaître cet autre visage de l’Inde, loin de Bollywood et des soies colorées. Je me rappelle aussi à ce moment précis qu’on nous apprenait à l’école, il y a quinze ans, qu’un jour l’Inde serait, avec la Chine, une superpuissance mondiale… Ceux qui ont réalisé cette prédiction n’ont visiblement jamais mis les pieds à Bénarès : ici on voit bien que l’Inde ne rattrapera pas la Chine, sachant que l’électricité n’y est toujours pas accessible à toute heure et que le pays manque encore de l’hygiène la plus élémentaire dans des villes de la taille de Bénarès (3 millions d’habitants, tout de même). Dans le Gange, où certains corps sont jetés sans être préalablement brûlés lorsque les familles sont trop pauvres pour acheter du bois, des Indiens se baignent par milliers tous les jours pour « se purifier » (sic) ou y laver leurs vêtements.

Ecrivez votre commentaire :